Le Maroc multiplie les refoulements des migrants

Dans moins de trois mois, le Maroc hébergera deux rencontres internationales sur les migrations, le Forum mondial migrations et développement et la Conférence intergouvernementale chargée d’adopter le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières” dont le brouillon final a été adopté par l’Assemblée générale des Nations Unies en décembre 2017.

 

Tous les yeux seront donc en décembre prochain rivés sur le Maroc et la façon dont ce pays gère la situation des migrants sur son territoire.

 

Or depuis maintenant plusieurs dizaines de mois, le Maroc multiplie les refoulements des migrants résidant dans le Nord du pays pour les laisser, parfois à la frontière algérienne selon une pratique déjà fort ancienne, et le plus souvent dans des villes du Sud du Maroc.

De là, les migrants retournent dès qu’ils le peuvent vers les villes du Nord. Ces refoulements ont déjà provoqué de nombreuses tensions dans les villes de Fès et de Casablanca où les migrants sont entassés près des gares routières, sans aucun dispositif d’accueil et d’assistance humanitaire.

Au cours des dernières semaines, cette politique de refoulement s’est intensifiée.

Nous nous proposons dans les jours qui suivent de vous donner un aperçu sur la situation des migrants regroupés à Rabat près de la gare routière, Al Kamra.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. OK