La migration vu par les jeunes de la ville d’edea

Voix des Migrants a organisé une journée de causerie éducative avec des jeunes  de 16 ans  à 45 ans. Animé par un des animateurs Gabriel BASSAND, et marque ainsi la toute première activité de plaidoyer pour l’année 2018 le samedi 30 juin 2018.

Cette problématique est présentement l’un des points focaux mondial ! C’est un sujet très vaste et qui a été très apprécié au point que les bénéficiaires ont demandé un débat d’au moins huit heures, et souhaiteraient que nous puissions multiplier ce type d’actions pour une meilleure sensibilisation.

Les débats ont tourné autour de la politique migratoire, les lois d’intégration dans les pays d’accueil, les dangers du parcours migratoire. Nous avons évoqué avec nos participants les enjeux pour la jeunesse de l’Afrique subsaharienne, comment démystifier l’Europe et devenir acteur d’un changement positif dans notre communauté.

70% des participants sont unanimes qu’il vaut mieux repenser leurs rêves ; tandis que 20% ont pris connaissance des  dangers mais  veulent partir tout en se rassurant de la voie a emprunter. Les autres 10% sont sans avis.

La causerie a débuté par l’information sur des dangers du parcourt migratoire dite « illégal »

L’animateur a fait un bref exposé sur le rôle des institutions publiques et de la société civile dans la gestion des flux migratoire (OIM, associations locales, états…).

Par la suite il a fait une brève présentation des différentes voies illégales (par route, mer, les barrières du Maroc etc.).

Il a fait une présentation du matériel utilisé lors de la traversé par la mer (des zodiacs…).

En session deux, il a présenté quelques lois encadrant la migration, les frontières et l’intégration en Europe entre autre

-la rétention administrative sur la procédure d’intégration

– la fermeture des frontières, exemple : (Maroc-Espagne)

– l’attribution des lieux de résidence aux migrants, demandeurs d’asile reconnu.

En Session trois il a évoqué les éventuels problèmes de racismes contre les noirs au Maghreb et en Europe

l’abandon des migrants malades qui finissent par trouver la mort

– la discrimination persistante

– les refoulements abusifs vers des zones inconnues et parfois invivables (désert du Sahara)

– la situation de la vente des esclaves (la Lybie).

Ensuite s’est posé la question sur les causes des départs

Et voici quelques réponses de nos participants qui ont enrichi notre plaidoyer :

-le chômage,

-le harcèlement,

-la découverte,

– les mauvaises politiques gouvernementales

-la délinquance juvénile pour ne citer que cela.

Mais alors quelles solutions ?

Encore une fois nous avons voulu que les réponses viennent des bénéficiaires afin d’en faire les acteurs même du changement pour lequel nos actions sont mises en place.

Parmi les réponses voici celles qui nous ont énormément enrichi.

multiplier les réunions d’informations avec les jeunes, les responsables d’associations jeunes pour prévenir les départs.

-impliquer beaucoup plus de jeunes dans le processus du changement des mentalités afin de s’activer autour des projets de développements (AGR)

– l’information sur le parcourt migratoire dit illégal pour mieux se préparer au départ.

-se mobiliser pour l’équité des droits de libre circulation.

-favoriser l’entreprenariat pour une jeunesse autonome.

– une participation à la lutte contre les lois migratoires illégales.

-multiplier des journées comme telle, pour certaines (1 fois par mois, 2fois par mois, 4 fois l’an, 3 fois l’an…).

 

A la fin de cette causerie, une chose en ressort, les jeunes ont une soif de trouver une identité. Ces populations ont des ressources inimaginables mais longtemps inexploités et aujourd’hui Voix des Migrants veut devenir cette plateforme qui va permettre un dialogue de s’installer et de ce fait laisser place à un changement de comportement, de la part des populations, des jeunes, des familles, des Etats d’Afrique, de l’UE, de l’occident et de la communauté internationale en général.

A l’ère ou les échanges sont de plus en plus ouvert, il n’est pas possible que les frontières se ferment autant, mais il faut également dire que dans la rencontre avec les autres les jeunes Africains ont besoin d’indépendance, de force, d’identité, d’autosuffisance, d’être tout simplement afin que les échanges humains deviennent équitables.

Voix des Migrants a pour ambition de questionner ce développement humain sur lequel doit se fonder le développement économique, pour un développement entier et durable.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. OK